Les grandes fondations de recherche Parkinson UK et la Michael J. Fox Foundation for Parkinson's Research (MJFF) se sont associées à Neurolixis pour financer un essai de phase 2A de 2 millions de dollars sur les effets cliniques du NLX-112. Le composé a déjà démontré une forte capacité à réduire les mouvements incontrôlés, connus sous le nom de dyskinésie, qui sont présents chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson qui ont été traitées pendant plusieurs années avec de la lévodopa. Entre 40 et 50 % des personnes atteintes de la maladie de Parkinson souffriront de dyskinésie après seulement cinq ans de traitement à la lévodopa.

Le NLX-112 agit en ciblant les neurones du cerveau qui produisent la sérotonine. On pense que ces neurones contribuent au développement de la dyskinésie en convertissant la lévodopa - le principal médicament pris pour la maladie de Parkinson - en dopamine et en la libérant de manière irrégulière. Le NLX-112 stabilise la quantité de dopamine que ces cellules sérotoninergiques libèrent.

La nouvelle étude, dite de Phase 2A, menée par une équipe de l'Institut Karolinska en Suède, va maintenant évaluer si le NLX-112 est bien toléré chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. L'étude examinera également si le NLX-112 peut réduire la dyskinésie ainsi que certains symptômes non moteurs, tels que la dépression et les troubles du sommeil.

Voir l'annonce de presse officiel.

 

Newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Follow Neurolixis on: